Accueil / Bien être / Zoom sur les bienfaits et les risques potentiels des compléments alimentaires

Zoom sur les bienfaits et les risques potentiels des compléments alimentaires

Les compléments alimentaires sont des produits conçus pour augmenter votre apport quotidien en nutriments, notamment en vitamines et en minéraux. Nombre d’entre eux sont sûrs et offrent des avantages importants pour la santé, mais certains présentent des risques potentiels pour la santé, surtout s’ils sont utilisés de manière excessive. Les compléments alimentaires comprennent des acides aminés, des acides gras, des enzymes, des probiotiques, des plantes, des herbes et des extraits d’animaux.

En plus des vitamines et des minéraux essentiels, les compléments alimentaires les plus populaires sont les suivants

  • Chondroïtine
  • Echinacée
  • Huile de poisson
  • Ail
  • Ginkgo
  • Le thé vert
  • Ginseng
  • Glucosamine
  • Millepertuis
  • Palmier nain

Avantages

Normalement, vous devriez pouvoir trouver tous les nutriments dont vous avez besoin grâce à une alimentation équilibrée. Toutefois, les compléments alimentaires peuvent vous apporter des nutriments supplémentaires lorsque votre alimentation est déficiente ou que certaines conditions de santé (comme le cancer, le diabète ou la diarrhée chronique) déclenchent une carence.

Dans la plupart des cas, un supplément de multivitamines/minéraux vous apportera tous les micronutriments dont votre corps a besoin. Ils sont généralement sans danger car ils ne contiennent que de petites quantités de chaque nutriment (mesurées par la valeur quotidienne, ou VQ).

Les nutriments individuels sont disponibles sous forme de compléments, généralement en doses plus importantes que votre supplément multivitaminique habituel. Ils peuvent être utilisés pour traiter une carence, comme une carence en fer, ou pour réduire le risque d’une affection médicale, comme l’hypertension.

Par exemple, de fortes doses de vitamine B3 (niacine) peuvent contribuer à augmenter le « bon » cholestérol des lipoprotéines de haute densité (HDL), tandis que l’acide folique est utilisé depuis longtemps pour réduire le risque d’une anomalie congénitale appelée spina-bifida. Les antioxydants, tels que la vitamine C et la vitamine E, peuvent réduire l’effet toxique des médicaments de chimiothérapie (permettant aux patients de tolérer des doses plus importantes de chimiothérapie).

À moins qu’une carence spécifique ne soit identifiée, un complément n’est généralement pas nécessaire si vous mangez et faites de l’exercice correctement. L’utilisation appropriée des compléments peut vous aider à éviter les effets secondaires et les toxicités liés à une surconsommation.

La qualité des compléments

En France, à la différence des médicaments classiques, les compléments alimentaires n’ont pas besoin d’autorisation de mise sur le marché. De fait, vous êtes en droit de vous préoccuper de la qualité des compléments que vous allez vous procurer.

Sur le site de l’Anses, on peut lire : « Plusieurs dispositions réglementaires aux niveaux européen et national établissent la liste des ingrédients autorisés dans compléments alimentaires : vitamines, minéraux et plantes ainsi que les doses journalières maximales à ne pas dépasser pour les vitamines et minéraux. » En revanche, c’est à l’industriel de respecter cette liste et s’il ne le fait pas, il s’expose à de lourdes sanctions.

Alors vers qui se tourner ? Nous vous recommandons d’aller vers des marques transparentes sur la composition de leurs suppléments comme MyVEGGIE.fr qui s’engage à répondre « aux règlementations et labels les plus stricts du marché ».

Problèmes potentiels

Bien que la plupart des compléments alimentaires soient sûrs tant que vous suivez les instructions du produit, de fortes doses de certains nutriments peuvent avoir des effets indésirables. Vous pouvez même faire un surdosage de certains compléments, ce qui risque d’entraîner des dommages graves voire même la mort. Parmi les interactions nocives ou les problèmes de dosage, on peut citer

  • La vitamine K peut réduire l’efficacité des anticoagulants comme le Coumadin (warfarine).
  • La vitamine E peut augmenter l’action des anticoagulants, ce qui peut entraîner des ecchymoses et des saignements de nez.
  • Le millepertuis peut accélérer la dégradation de nombreux médicaments, y compris les antidépresseurs et les pilules contraceptives, réduisant ainsi leur efficacité.
  • La vitamine B6 (pyridoxine), lorsqu’elle est utilisée pendant un an ou plus à fortes doses, peut provoquer de graves lésions nerveuses. La vitamine B6 peut également réduire l’efficacité des médicaments anti-convulsions Dilantin (phénytoïne) et levodopa (utilisé pour traiter la maladie de Parkinson).
  • La vitamine A utilisée avec les médicaments contre l’acné rétinoïde tels que Accutane (isotrétinoïne) et Soriatane (acitrétine) peut entraîner une toxicité de la vitamine A9.
  • Les suppléments de fer et de calcium peuvent réduire l’efficacité des antibiotiques, à savoir les tétracyclines et les fluoroquinolones, jusqu’à 40 %.

La vitamine C peut provoquer des diarrhées lorsqu’elle est prise à des doses supérieures à ce que l’intestin peut absorber (mais certains patients peuvent tolérer de 5 000 à 25 000 mg par jour).
Les suppléments de sélénium, de bore et de fer peuvent être toxiques s’ils sont pris en grande quantité.
Informez votre médecin de tous les compléments que vous envisagez de prendre ainsi que de tous les médicaments que vous prenez actuellement, qu’ils soient disponibles en pharmacie, en vente libre, à base de plantes, traditionnels ou homéopathiques.

Voir aussi

Quels sont les insectes qui piquent et comment les éviter ?

À certains moments de l’année, les insectes nous imposent leur compagnie qui n’est pas toujours …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *